« Transquinquennal » en Chantiers Nomades à Toulouse

                                    – Déployer l’impasse –

repetitions

Radio web : rendez vous sur la page

Le monde va à sa perte, c’est une certitude. L’humanité vit ses derniers jours, c’est un fait avéré. Une seule question subsiste : comment en profiter pleinement ? Quels messages délivrer au monde pour le convaincre de vivre à fond ses derniers instants ?

La seule chose que peut faire le théâtre, c’est de déployer l’impasse.

Pendant trois semaines, Transquinquennal explorera avec des participants enthousiastes et désespérés les différentes voies, déjà bouchées, vers notre propre fin. Puisque la seule chose dont on est à peu près sûr est que, ici bas, ça finira par finir, et plutôt mal. Transquinquennal propose de partir de ce glorieux point de départ pour aller nulle part, mais en beauté. Car c’est peut-être la seule chose sur laquelle tout le monde tombera d’accord :

« [L’humanité] s’est suffisamment aliénée à elle-même pour être capable de vivre sa propre destruction comme une jouissance esthétique de premier ordre ».
Walter Benjamin

Tout cela aura quand même de la gueule, on peut l’espérer, en tout cas, c’est là que l’artiste devra prendre ses responsabilités, nom de dieu, pour amener la maïeutique d’une cruauté brutale mêlée d’une extrême sensibilité aux apparences.

Transquinquennal

 

 

Publicités